Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Estacade


























L’estacade d’Ostende s’élance droite dans la mer du Nord. Dans cette ville bizarre et surannée, on ne sait plus quel rôle donné à ce ponton : promenade estivale pour familles bruxelloises ou rade pour ferry et bateaux de pêche revenant du large ? Il faut connaître Ostende, ses villas décaties,  sa longue promenade couverte pour protéger les peaux pâles du siècles dernier, son port marchand, ses bars à dames et ses nuits chaudes pour comprendre l’effervescence et la solitude de cette ville.

 

L’estacade en témoigne à sa manière. Elle est une longue digue supportée à quelques mètres de hauteur par de rudes poteaux de bois. Elle aboutit après une sorte de pont-levis à une plate-forme servant de tour de contrôle et de lieu de pèche à des retraités hardis. Sentinelle, elle surveille l’arrivée des bateaux. Belvédère, les promeneurs viennent y observer la ligne tendue de l’horizon. L’ivresse ressentie lorsque l’on marche sur cette passerelle est-elle due à son élévation ou à cette mer faussement calme qui vient lécher ses piliers ?

 

L’estacade participe directement au paysage. La marche pratiquée sur la centaine de mètres permet de mesurer l’immensité de l’étendue aquatique. Arrivé au bout du ponton, là où la marche finie, le paysage commence. C’est à cette mutation intérieure que préparait  l’ivresse de marcher sur les eaux.

 

Jean RICHER (2002)

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :