Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Espace des flux

Les métropoles sont stimulées par les réseaux sur lesquels elles s’appuient. La prééminence accordée aux réseaux dans les échanges et contacts internationaux a bouleversé les notions traditionnelles de hiérarchie urbaine. Ce basculement dans l’espace des flux doit être resitué dans un mouvement de tertiairisation de l’économie générale. Les nouvelles relations entre l’espace et le temps - la révolution logistique, le rôle des pôles urbains dans les « espaces glissants », la recherche de centralité offrant des atouts de localisation durables et des potentialités de diversification optimales - concernent inséparablement la production de biens et de services dans notre société tertiaire à l’échelle intra-urbaine. Mais, de plus, une bonne partie des intéractions et des échanges financiers , de marchandises, d’hommes et d’informations qui, autrefois, se limitaient au système urbain ou entre les villes d’une même région, tendent aujourd’hui à se constituer en réseaux de flux qui dépassent largement les limites régionales et nationales.

 

Après une introduction sur la nature des réseaux en général, nous aborderons le rôle des technologies dans la constitution d’un ordre économique mondial et leur influence à un échelon local pour enfin montrer comment ce schéma tend à se répandre dans la structure sociale. Ensuite, nous ébaucherons le portrait de ce monde postmoderne ou les notions d’espace et de temps sont à redéfinir en fonction de leur compression. Enfin, nous  nous attacherons à évoquer la figure de l’être au monde dans ce nouveau paysage planétaire en explicitant l’attitude prise ici à l’égard de l’espace des flux.

 

Jean-Philippe DORE & Jean RICHER

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :