Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Hypergestion

Concept d'hypergestion, c'est à dire de la gestion "à plusieurs têtes" de grands objets ou "paquebots urbains", comme les centres-villes (exemple du "Birmingham Bullring") ou les centres commerciaux, voire des pôles multimodaux. Le point commun de tous ces exemples est qu'il ont acquis une grande complexité spatiale et sociale. Tout d'abord, ils sont des hybrides d'espaces publics (de type voirie), semi-publics (gare), privés ouverts au public (centres commerciaux) et privés (logements, bureaux). Ils sont donc le lieu de la juxtaposition de plusieurs acteurs-propriétaires, ayant des intérêts, des statuts et des responsabilités différentes.

 

Pourtant, on s'aperçoit que le succès des lieux qu'ils occupent passe par l'abolition des frontières spatiales, sociales et administratives entre les acteurs. Il en va tant de la perception de l'espace par les utilisateurs-clients (sécurité, propreté, sentiment d'unité) ou de la rentabilité commerciale (fluidité de l'espace favorable au commerce) ; que de la facilité de gestion par les acteurs eux-mêmes. Ces intérêts partagés conduisent alors à des structures de gestion multi-parties innovantes "qui ne se posent d'autres frontières que celle du centre urbain lui-même". Ainsi des structures de gestion collégiales, sensiblement sur le modèle des syndics de copropriété des immeubles d'habitation, apparaissent, au besoin menées par un acteur majeur qui joue le rôle de "locomotive".

 

Jean-Philippe DORE

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :