Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Temps de la matière

 

 
























Le temps anime la matière, dont les constructions. Dans l'univers du visible, les constructions, matières chargées, sont des objets à part. Sculptures creuses, elles échappent à la nature pour rejoindre l'expression humaine et accueillent le mouvement, l'usage. La matière qui les constitue les enracine au transport du temps, de dimension propre, de modalités génériques inaliénables, elles se posent comme des événements à part entière. Mais la représentation que nous en avons, la perception même, passe par un mouvement d'éclosion au visible d'une dimension invisible, que nous nommons « architecture ». Une construction se positionne dans le temps à partir d'une relation liant son devenir propre au regard de ceux qui la perçoivent. Sa temporalité est issue autant de ses nécessités propres, les contingences de la matière, que de la qualité phénoménale que nous lui accordons.

  

En se rappelant que nous composons le monde autant qu'il nous contraint, je regarde le broc et les flacons pour comprendre qu'ils subissent la durée que je leur affecte, la matière incarne autant ma sensation qu'elle suit son devenir objectif. Le sceau du temps les marque particulièrement depuis que mon regard les interroge. La duplicité est belle, inerte la matière me résiste, mais soudain animée du regard, elle collabore à mon épreuve du temps.

 

Crédit photographique Stéphanie BARBON

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :