Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Saintes-Maires de la mer






















L’histoire commence par une barque sans voile qui accoste sur le rivage camarguais. A son bord Marie Salomé, Marie Jacobé et Marie Madeleine, toutes trois chassées de Palestine à la mort du Christ. Elles sont alors recueillies par Sara-la-Khali qui deviendra la sainte patronne des gitans. Le pèlerinage connaîtra rapidement un grand retentissement et chaque année convergera vers le village des Saintes-Maries de la Mer le peuple gitan venu de toute l’Europe.

En l’espace de quelques jours, une autre ville se crée, faite de caravanes, organisée  en quartier, avec ses avenues et ses sentiers. Elle se dissoudra aussi rapidement pour laisser la petite cité balnéaire en paix et en proie au tourisme estival. Mais la ferveur qui l’habite alors, dont la catharsis sera la procession de Sainte Sara le 24 mai, la transfigure littéralement. A la matérialité des petites maisons blanches se superpose la structure éphémère de l’autre ville, celle des caravanes. A la procession religieuse répond la longue file des véhicules qui convergent vers la ville puis en repartent.

Durant le pèlerinage, tout indique la mobilité : les rues éphémères composées de caravanes, les processions de reliques dans la ville, et jusqu’à la mise à l’eau de Sara. A mi-cuisse dans l’eau de la baie, c’est un tout un peuple qui assiste avec émoi à la déambulation d’une vierge noire dans un manteau turquoise jusqu’à être plongée dans la mer. La course de ses femmes à robes à fleur, chargées de bijoux, qui se termine à l’eau après un voyage de plusieurs milliers de kilomètres parfois appellent à la versatilité, à l’impermanence de l’existence et en même temps à une grande stabilité. Chaque année, immanquablement l’œuvre éphémère se répète, portée par la dévotion où une nouvelle Babylone apparaît pour s’effacer aussi tôt.

Cet évènement a à voir avec une chorégraphie, pas celle des danses gitanes, mais celle d’une migration géographique annuelle et imperturbable.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :