Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Presque rien

Au foyer le regard appesanti sur les travailleurs en train de manger

Quelques jours plus tard, un grand café de la Rochelle, au milieu de la jeunesse bourgeoise, la même intimité

Salle blafarde ou dorures baroques

*****

Remplir la courette des cendres de mes cigares et j’attends

La rivière qui charrie avec de légers remous des branches et des herbes

Souvent deux tourterelles s’abritent sous le laurier

*****

En restant immobile, la nuit est tombée

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :