Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Plastique temporelle

Plastique temporelle: outils pour de nouvelles formes urbaines

 

Le confort de vie, le bien-être, voire le bonheur de chacun viennent souvent d'une certaine inscription dans le temps. Projeter sa vie à court, moyen et long terme est infiniment réjouissant et rassurant. Pour cela il y a des grands et des petits projets, des dates et de événements que l'on se fait un plaisir de retrouver, des habitudes, et des surprises. C'est la capacité de projeter, d'entrevoir à plusieurs échelles de temps qui fabriquent le sens de la vie. On peut appliquer ce constat à la ville. Permettre aux citoyens de saisir le temps de leur ville à plusieurs échelles, redynamiser le temps urbain en dehors de la seule promesse d'un objectif ambitieux, mais lointain, permettra de redonner un sens à la vie citoyenne et à la politique.  C'est dans une pédagogie des temps que l'on pourra inscrire concertation et actions possibles, et par conséquent faire comprendre à chacun l'étendue de son influence sur son environnement et sur son temps.

 

Dans la production complexe des projets d'aujourd'hui, il faut des éléments tangibles qui jalonnent le chemin parcouru. Intervient alors, au côté du marketing urbain et de la communication, d'autres outils comme l'urbanisme temporaire. Voir fleurir des nouveaux usages dans un quartier s'apprêtant à évoluer est un signe tangible pour tous. En créant des lieux à l'existence éphémère et à l'identité distincte du quotidien on opère une mise en intrigue de la ville. Il est évident que la stimulation de l'intérêt de la population doit se faire en relation avec les processus de l'urbanisme pérenne, celui des besoins à long terme. Cela dit, l'urbanisme temporaire permet d'ouvrir la réflexion – et la curiosité – sur les futurs aménagements tout en cristallisant de manière préalable les futures habitudes d'usage.  L'urbanisme temporel, en stimulant la population, projette une ville en mouvement. Il s'agit d'un nouveau panel d'outils dont nous disposons pour articuler au mieux les besoins de développement urbain structurel, et une stimulation du quotidien: une forme de plastique temporelle où l'on peut choisir des entre des interventions à court, moyen et long terme en fonction des besoins.

 

Nous pourrions avoir une autre manière d'envisager l'urbanisme en estompant la distinction entre le penser et le faire au profit d'une approche pragmatique de la ville où l'analyse et l'action fonctionneraient simultanément au sein d'une pensée agissante. Le projet deviendrait un espace de gestion d'activités spatiales et temporelles s'apparentant à la fois au lieu de confrontation des intentions de ses différents acteurs et à une fabrique d'actions articulées dans le temps. La concertation apparaît comme une phase primordiale d'un projet mais dès cette étape il faut donner des preuves tangibles via des actions de communication ou d'urbanisme temporaire. La perception de l'évolution de la ville dans le temps, rapporté au destin individuel de chacun, peut être source d'angoisses ou d'incompréhensions. Utiliser le présent pour des actions concrètes peut dénouer cette situation, faire affluer la créativité et les qualité de tous, et faire comprendre l'avenir de la ville de manière simple. La plastique temporelle, ce pourrait être l'exercice de savoir utiliser soit le présent pour des actions concrètes, soit d'investir dans le capital temps, existant ou à créer, de façon à multiplier les chances d'interaction, de transformations qui sont la vraie richesse de toute ville et la seule voie pour son renouvellement.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :