Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Eaux fortes

On s'est réveillé ce weekend (20.02.2010) en apprenant à la radio que des pluies torrentielles avaient provoqué des inondations et des glissements de terrain sur l'île portugaise de Madère en faisant au moins 42 morts et plusieurs centaines de blessés. La capitale de l'île, Funchal, a été plonge dans le chaos au dire des journalistes. Il est ironique de penser que dans ce genre de situation, le chaos est le mot dévolu pour indiquer la panique ou la désorganisation.

madere-1

Cette petite ile de 57 x 22 km, a subit pendant trente ans la politique du béton qui fait dire à certain que la catastrophe est due à une mauvaise planification urbaine. Les fonds structurels européens au titre de l'aide aux régions les plus pauvres ont permis la construction de voies rapides qui ceinturent l'île et de nombreux bâtiments publics. Funchal a subit une urbanisation désordonnée malgré sa localisation a flanc de colline et l'imperméabilisation massive a transforme les cours d'eau en "canons a eau" emportant ce vingt février ponts et constructions sur leur passage.

L'horreur climatique remet un pied sur le continent européen et nous nous indignons bourgeoisement au petit déjeuner que les règles de sécurité n'aient pas été respectées. Les principales constructions incriminées sont bien entendu celle que la pauvreté confrontée à la pression foncière a jeté là. Nous sommes prompts à émettre des jugements et à donner des subventions, donc des leçons mais avant de condamner l'urbanisation chaotique et l'infamie du ciel, nous devrions réfléchir sur trois questions.

 Devant un the fumant, je me pose la première qui est celle de l'établissement de personnes en zone inondable ou sujette à des glissements de terrain. Dans la succession des actions on oublie bien vite la planification urbaine, fusse-t-elle vertueuse, au profit de la vie quotidienne et des petits arragements particuliers qui font qu'un règlement se fane bien vite. Le droit doit rester vivant et s'adapter aux situations. Au lieu de pondre un plan, il conviendrait bien mieux d'organiser le suivi dans le temps des contraintes naturelles puisqu'un règlement n'a jamais arrête un glissement de terrain. Prévoir en revanche la vulnérabilité et restituer au milieu ce qu'on lui prend de l'autre semblent plus opératoires. Comme certains interviewés l'ont expliqué, l'urbanisation proche des cours d'eau a été rendu possible par le laxisme des autorités locales qui ont préféré acheter la paix sociale. La question est donc de savoir comment le droit peut devenir une règle de bon sens. Il faut en finir avec l'empilement réglementaire pour se concentrer sur l'essentiel: la sécurité des biens et des personnes.

madere 2
Sous la douche je repense à l'injustice commune qui consiste à pousser les populations fragiles a occuper des zones a risques. En d'autre terme, la répartition socio-spatiale des classes sociales ne laisse rien au hasard et, sous toutes les latitudes, les riches vivent dans des endroits protégés et les pauvres dans des endroits exposés. Dans le cas de l'île de Madère, la densité de population pousse les plus pauvres à prendre des risques. D'autant que ces risques sont souvent minorés par les premiers intéressés quant bien même ils y auraient déjà été exposes. Ce phénomène est exacerbé par la métropolisation qui pousse des migrants intérieurs à s'entasser où ils peuvent en périphérie des villes. La deuxième question, sans réponse possible, serait de savoir si cette injustice perdurera encore longtemps ou si nous emploierons tous les moyens nécessaires pour y remédier en Europe.

 Je sors sous une pluie fine qui me rappelle que je vis dans une ville qui a été longtemps sujette aux inondations. On a busé les fosses, redressé le cours de la rivière et érigé d'imposantes digues avant de construire un barrage en amont il y a quelques décennies. Par ailleurs nous venons de fêter le centenaire de la grande inondation de Paris. Tout cela nous remémore que l'eau peut être meurtrière et que nous avons passe des siècles à nous en défendre. Oui donc à une écologie de la mémoire et contre l'oubli: malgré les catastrophes passées et présentes nous ne sommes toujours pas capable de rappeler la domination de la nature sur les établissements humains. Ce n’est donc pas la nature qu’il faut incriminer mais notre incapacité à résoudre les questions sociales. Comment donner aujourd'hui des leçons sera donc ma troisième question.

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :