Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Fragment

Il ne nous sera pas donné de profiter du monde. Nous ne verrons ni les brumes, ni les vapeurs du matin, nous ne saurons pas les mystères de ce monde. Faussaires nous sommes. Toujours nous devons fabriquer en nous, ou entre nous, un double du monde ravaudé d'images et de mots et d'affects et de sensations: et nous présentons cela plein d'espoir en face du vrai. Jamais ça ne coïncide.

 

Partout nous voyons des hommes. Nature, animaux, ciels: même le rien nous en faisons de l'homme.

 

Aussi, cette infrastructureque nous traînons partout comme un invisible cadavre. Ces choses que nous fabriquons pourtant pièces à pièces et qui peu à peu finissent par constituer un nouveu monde, que toujours nous ne voyons pas. Taupes.

JPD

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :