Carnet d'études

Atelier de recherche temporelle

Rome, métropole incomplète

Rome, ville mondiale non globale, ville-monde historiquement, forme au XXIe siècle une métropole dotée de fonctions mondiales liées à son rôle de capitale religieuse et de centre administratif sans pour autant s’imposer économiquement contrairement à Milan, ville globale mais non mondiale. Précocement internationalisée dans l’histoire, Rome possède un héritage historique formidable qui en fait une métropole monocentrique peu flexible, et donc incomplète au regard de la globalisation. Des efforts sont actuellement entrepris par la municipalité pour y remédier.

 

L’expression majeure de la métropolisation est la mobilité rendue nécessaire par le développement des échanges et le polycentrisme. Rome se compose d’un centre historique, d’une première couronne dense et d’une aire périphérique diffuse où se concentrent les enjeux actuels du développement urbain. Pour faire naître la métropole multipolaire de demain, la stratégie mise en œuvre consiste à créer en périphérie de nouvelles centralités innervées par le développement des transports en commun. Or l’histoire nous enseigne les errements de ce type de stratégie. On peut s’interroger pour savoir si Rome peut développer un modèle différent.

 

Mobilités romaines

Dans les années 90, la politique Cura del ferro a modernisé les infrastructures de transport romaines avec la création des métros légers à usage métropolitain (ferrovie metropolitane ou FM). Le nouveau Piano Regolatore Generale approuvé en 2006 prolonge ce programme en créant dans la ville diffuse une vingtaine de nouvelles centralités concentrant des activités, des services et de l’habitat autour des nœuds d’échanges. La construction métropolitaine commence et seules la FM1 (Fara Sabina – aéroport de Fiumicino) et la FM3 (trajet est – ouest) ont été complètement réalisées. 

 

La spécificité du développement romain provient du fait que l’initiative privée, celle des grandes entreprises de construction, influence considérablement la planification urbaine. 

Nombre de programmes sont localisés en dehors des réseaux de transport comme l’immense complexe de la Bufalotta implanté à 4 km de la ligne FM1 mais à proximité immédiate du périphérique. D’autres intègrent les transports ferroviaires comme le complexe tertiaire et résidentiel de Parco Leonardo à proximité de l’aéroport. De plus, toutes ces opérations n’ont pas la qualité urbaine escomptée et la compacité du centre historique romain provoque des stratégies commerciales et immobilières assez violentes en périphérie.

 

Dans cette conquête d’un territoire métropolitain, le tissu urbain diffus devient vite un enjeu après un siècle d’expansion incontrôlée. Si la création de nouvelles centralités constitue une figure incontournable du discours contemporain, cela prend à Rome le visage d’une planification publique contrariée par ces interventions privées. L’exemple italien est passionnant, car proche, il n’en demeure pas moins très différent des politiques publiques françaises. Au travers cette stratégie de « rattrapage » bien plus souple que nos politique actuelles, l’Italie développe une philosophie urbaine toute autre, d’ailleurs depuis longtemps ancrée dans la discussion et le projet. 

 

Territoires ouverts

Au cœur des enjeux romains se trouve donc l’interaction entre projets et planification sur un territoire qui doit de plus gérer l’héritage complexe d’un siècle de croissance extensive et anarchique. Il faut se rappeler que la banlieue romaine était constituée en partie d’occupation illégale jusque dans les années 1960. Les non-lieux n’existent pas. Il y a toujours quelque chose de “déjà-là”: un parcellaire agricole, des traces dans le paysage d’une activité ou une mémoire des lieux... Même aux abords des malls et autres complexes cinématographiques qui prolifèrent autour de Rome, des signes se cachent dans le paysage urbain qui témoignent d’une profondeur temporelle. Si la ville diffuse est hétérogène, elle porte en elle une épaisseur qu’il nous faut déchiffrer.

 

Ce qui est intéressant, pour prendre une métaphore, c’est le moment précis où l’on pose un aimant au milieu de la limaille de fer pour observer les interactions s’organiser dans l’instant. Ce même phénomène se passe lors de l’implantation des nouvelles centralités dans la ville diffuse. Bernardo SECCHI, urbaniste milanais, travaille depuis longtemps sur cette ville diffuse : il nous faut construire des projetto di suolo (projet d’aménagement) en mesure d’offrir un horizon sensé à une ville inévitablement dispersée, fragmentaire et hétérogène. Pour cela il nous faut nous saisir des différentes formes de la ville en même temps, et pour aller plus loin, capter les différentes formes temporelles incluses dans le présent.

 

 

 métropole diffuse

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :